S’internationaliser : quels risques ?

Beaucoup de marques pensent à développer leurs ventes à l’international, mais peu y réussissent réellement. 

« Plus on exportera, plus nos blés auront de prix ; plus ils auront de prix, plus il y aura de bénéfice pour le cultivateur ; plus il y aura de bénéfice pour le cultivateur, plus il cultivera, et plus il cultivera, plus l’agriculture sera florissante : il faut donc encourager l’exportation. », Condillac

Mais quels sont les critères importants avant d’envisager une exportation de ses produits et services à l’extérieur de son pays d’origine ?

Premièrement, il faut étudier les conditions économiques car elles peuvent varier fortement d’un pays à un autre.

Deuxièment, il convient d’analyse le système politique et le risque pays lié à la stabilité du pays.

En troisième position vient la veille sur les les lois et réglementations du pays, en particulier celles liés au commerce. Il ne faut pas hésiter à faire appel à un spécialiste, en particulier si votre activité a déjà un cadre juridique précis dans votre pays actuel.

Enfin, quatrièmement, la langue et la culture sont des éléments très importants qu’il ne faut pas négliger avant de se lancer à l’international.

Parmi les alternatives, je crois beaucoup à l’idée de décroissance. C’est à dire à une résistance à la mondialisation compétitive et négative: une résistance fondée sur l’autolimitation et la sobriété. Je revendique pour moi et tous mes semblables ce que la vie elle-même a établi comme légitime: nourriture, vêtements, soins et abri, sans lesquels l’épanouissement humain est impossible.

Graines de possibles, regards croises sur l’ecologie, pierre rabhi et nicolas hulot, édition calmann-levy, 2005, p. 172 – Pierre Rabhi

Pour conclure, les risques liés à l’international sont :

    1. Les risques culturels : difficultés de communication (langue, coutume…) – incompréhensions – difficultés d’adaptation des individus => stratégie mal ou pas adaptée…
    2. Le risque pays : environnement politique, légal, économique : droit de propriété, responsabilité produits, politique fiscal, inflation (perte de valeur d’une monnaie), interventions étatiques, procédures bureaucratiques…
    3. Le risque commercial : stratégie mal adaptée, choix des partenaires, politique de prix et de promotion, adaptation des produits au marché local, date d’entrée, défaillance de partenaires…
    4. Le risque financier : fluctuations monétaires, inflation, conditions économiques défavorables.

Comments (5):

Add comment: