GESTION DE PROJET : LE CAHIER DES CHARGES EN 3 POINTS CLES !

GESTION DE PROJET : LE CAHIER DES CHARGES EN 3 POINTS CLÉS !

Le cahier des charges (aussi appelé CDC) est un outil en communication utilisé dans la gestion de projet. Indispensable, il permet l’organisation et la cohésion d’un projet dès le début et jusqu’à son achèvement.

Nous allons décortiquer sa production en 3 points clés dans le but d’obtenir un cahier des charges complet et pertinent.

A quoi sert un cahier des charges

Le cahier des charges définit l’ensemble du travail à faire durant un projet. Il regroupe toutes les tâches à faire selon un programme bien précis, ainsi que les personnes mobilisées. Le livrable est rendu au client lors du projet dans son entièreté et lui permet de prendre part au travail sans s’égarer.

Pour être complet, le cahier des charges doit contenir des informations nécessaires à l’avancement du projet. Pour mieux l’organiser nous l’avons découpé en 3 points clés : L’audit, la problématique et enfin la stratégie.

L'audit du cahier des charges

L’audit représente le début du cahier des charges. Il s’agit d’une analyse complète du projet dans le but de s’informer sur l’existant mais aussi sur la concurrence. Cette analyse permet également d’en savoir plus sur les forces mais aussi les faiblesses de l’entreprise afin de déterminer les points à changer, ceux à développer ou encore ceux à supprimer.

L’audit comporte plusieurs étapes dans un ordre bien déterminé :

L'étude de marché

L’étude de marché a pour but de collecter le maximum d’informations à propos d’un sujet précis. C’est également une façon d’effectuer sa veille et d’obtenir de nombreuses sources pour la suite de l’analyse. On peut positionner son étude sous différentes formes (géographiquement, chronologiquement, numériquement…)

Aux yeux du client, une étude de marché apporte de la précision et de la cohérence au projet.

L'analyse de l'existent

L’analyse de l’existant est primordiale avant le lancement de tout projet. On se concentre exclusivement sur l’entreprise en analysant les bons points mais également les faiblesses à aborder. Elle permet également des déterminé les objectifs principaux de l’entreprise et ce que va lui apporter le projet sur le long terme. En communication on se concentre premièrement à l’analyse des réseaux sociaux et de ses axes d’améliorations.

Le benchmark

Après sa propre analyse, il est temps de vérifier la concurrence. Un benchmark s’impose. Il en existe plusieurs en fonction de son utilité. En communication les deux benchmarks les plus utilisés sont les benchmarks fonctionnels et concurrentiels.

Le benchmark fonctionnel se précise sur un service ou une fonction précise chez les concurrents tandis qu’un benchmark concurrentiel se concentre sur les concurrents directs de l’entreprise. Principalement en fonction du secteur d’activité.

Les cibles

Après cette grosse partie analyse globale il est temps d’identifier le ou les profils qui sont concerné par le projet de l’entreprise. Il faut, grâce à différentes méthodes tels que des sondages ou des questionnaires, déterminer :

  • La cible principale
  • Le cœur de cible
  • La cible secondaire
  • La cible relais

Une fois ces cibles établies, il est possible de créer des personas de ces cibles afin de les personnaliser et de les imaginer plus précisément.

Le swot

Pour conclure l’audit, la réalisation d’un SWOT (Force, Faiblesse, Opportunité, Menace) permet de donner un aperçu précis de tout le travail réalisé durant cette analyse. Elle favorise aussi la suite du projet en évoquant les principaux problèmes mais aussi les opportunités à développer.

La problématique

L’analyse effectuée dans l’audit permet maintenant de se focaliser une problématique globale. Elle mènera à une réponse bien précise et prendra un parti pris en fonction de ses objectifs et de ses cibles par exemple.

La réponse et le parti-pris

La réponse doit être courte et claire. Elle permettra de savoir où se positionner et surtout de quelle manière. La réponse sera complétée par le parti-pris. Le parti-pris lui se choisira en fonctions de plusieurs critères.

Tout d’abord le parti-pris sera sélectionné en fonction des cibles de l’entreprise. De façon à toucher une population plus qu’une autre il est primordial d’adapter sa stratégie à la cible que l’on souhaite viser en particulier.

Ensuite, le parti-pris sera choisi en fonction des supports que possède l’entreprise. Réseaux sociaux, site web, blog, il faut trouver une stratégie sous tous les supports possible s’il on souhaite par exemple, obtenir plus de visibilité.

Enfin, le parti-pris sera déterminé en fonctions des objectifs de l’entreprise. Grâce au SWOT, les ou les stratégies utilisées permettront de développer les forces de l’entreprise, rectifier les faiblesses, saisir les opportunités ou encore éviter toute menace potentielle.

Les stratégies

Dernière étape du cahier des charges : les stratégies.

Il est très important de les intégrer au cahier des charges pour que le client puisse avoir accès à toutes les propositions et tous les changements prévus en temps et en heure. Pensez bien à décrire chaque angle de vue, de définir les buts de chacun et de les organiser chronologiquement.

Un problème pour votre cahier des charges ? N’hésitez pas on est là pour vous aider !

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ?  N’hésitez pas à commenter et à le partager 🙂

Rédactrice Web – Ilhem Boumansour

Add comment: